PIERRE-YVES GIRARD: LA LIGNE EMPREINTE LA COURBE